La Fashion-Week Automne-Hiver 3013/2014 en Italie.



Si la NYFW a joué sur les valeurs sûres de la mode en alternant coupes indémodables et détails originaux, la London FW a été beaucoup plus extravagante alternant des mélanges incongrus. Il est temps pour nous de vous dresser en quelques paragraphes ce dont il faudra se souvenir lors du renouvellement de vos gardes-robes pour l'automne-hiver 2013/2014.



Défilé Emporio Armani ©lesoir.be
Défilé Emporio Armani ©lesoir.be
La Milan Moda Donna s'est avérée osciller entre aisance suggérée et exigence décontractée, prétant ainsi aux femmes un pouvoir de séduction plus fort, repoussant les limites que l'homme lui a fixé jusqu'ici. De quoi laisser ce dernier aux aguets. Si Milan est la capitale Européenne de la mode, les créateurs nous donnent cette saison encore, une véritable leçon d'élégance à l'Italienne. Fidèle à elle même, ils exposent l'italienne avec des mises en beauté d'une sobriété exaspérante et digne d'une élégance méditeranéenne. Une expression sophistiquée toute en simplicité.

Gucci a ouvert cette fashion-week milanaise sur une note fétichiste ©Reuters
Gucci a ouvert cette fashion-week milanaise sur une note fétichiste ©Reuters
Frida Giannini a ouvert mercredi 20 février 2013 les festivités de la Fashion-Week milanaise avec le talent unique et la vision moderne qui la caractérisent. Sa collection restera culte, laissant d'emblée le public du défilé Gucci en admiration devant des mannequins appellant les unes après les autres à une perversion certaine proche du fétichisme. On retiendra le cuir craquelé et les bottines hautes dépourvues de lanière centrale laissant aux pieds une impression de décolleté sexy à souhait. Il va  sans dire que cette collection très fatale et pleine de charme irait comme un gant à la nouvelle égérie du parfum Gucci Première : Blake Lively, rendu célèbre dans la série Gossip Girl où elle incarnait le rôle d'une It Girl. Dans un registre tout aussi explicite et très raffiné, les femmes Missoni nous font leurs apparitions. Elles sont quelque peu débraillées mais qu'importe, elles sont surtout soignées dans un style propre à l'univers de la maison. Sans tarder, nous viendrons à parler d'un Prada venant sacraliser la femme dans sa silhouette sablier. Défilant sur la musique "Fade To Grey", les tenues nous viennent comme d'une bataille : Epaules dénudées, longueurs de jupes asymétriques, robes fendues à mi-cuisse sur le devant et larges manches retroussées. La femme aux cheveux en bataille et inspiration fifties se proclame déjà vainqueur. Dans un contexte plus Baby Doll mais n'excluant pas la proposition, Emilio Pucci présente des modèles décontractés et sexy, dont la palette colorimétrique balance entre les couleurs pastels alors que les formes sont moulantes et courtes. Le style Kate Moss est bel et bien présent mais la célèbre super-top manque aux podiums. Un brain de nostalgie se fait ressentir dans la salle. Blumarine vient apporter à cela une tendance lumineuse et encouragée par la brillance. La marque lance le retour de la tunique.


Jil Sander propose des bandes dorées sur une garderobe très minimaliste ©Imaxtree
Jil Sander propose des bandes dorées sur une garderobe très minimaliste ©Imaxtree
La femme est fatale chez Bottega Vienetta où elle apparaît à première vue dans une petite robe noire. La taille est marquée sur l'ensemble de la collection et le volume est présent. Crescendo, on va vers la couleur, les épaules sont mises en valeurs dans des inspirations aux allures très seventies. Les cheveux sont volumineux et bouclés, ils suivent la tendance qu'a proposé Marc Jacobs à NY deux semaines auparavant. Il est évident que la femme prendra le pouvoir pour la maison DSquared2 dont le défilé semble se présenter comme un grand film de Gangster situé dans le NY des années 50. Les femmes aux cols fourrures sont présentées sans intervalle avec des femmes masculinisés d'un noeud papillon et d'un chapeau haut. Elles n'en demeurent pas moins capables d'apparaitre un peu plus tard plus féminines que jamais dans une robe vieux rose en soie et en plumes accessoirisée par des bijoux proéminents et très brillants. Trussardi évoque un vestiaire féminin plus masculin que jamais avec des manteaux larges, un smookings en cuir et des mocassins noir. La jupe peut-être présente mais alors plissée et au dessous des genoux. Ter et Bantine surencherie en remontant dans le temps de façon encore plus prononcée : les vêtements sont en grande majorité très sombres et les jupes descendent au bas des mollets. A l'opposé de cette tendance inspiration du passé, on observe un look minimaliste chez Salvatorre Ferragamo ou Jil Sander qui appose une bande dorée sur un ensemble noir prêtant ainsi à la femme de la chic de ville des allures de soldats du feu. Les boots ont des sangles et sont pointues. Krizia s'avère plus que jamais partisane des looks futuristes, les matières sont matelassées, les robes sont courtes devant et longues derrière. La combinaison s'exprime et le choc des matières ne viendra pas choquer le public. Le choc des matières est également ressorti chez Max Mara dont le manteaux bi-matière propose un bi-effet : mi sport, mi chic.

La Fashion-Week Automne-Hiver 3013/2014 en Italie.
Si cette Fashion-Week marque le retour du Mannequin vétéran Kristen Owen et nous fait ainsi assister à un véritable parallèle entre deux époques de la mode, elle est marquée elle-même par les inspirations historiques des différents créateurs :
Roberto Cavalli nous fait sa renaissance en délaissant les motifs sauvages et animaliers pour des robes romantiques aux allures gothiques. Faites de mousselines, clous, sequins et chainettes, les tenues sont les garantes motifs floraux. On les accessoirise avec des bijoux en métaux vieillis. Les couleurs et les matières sont précieuses, le créateur utilise du velours et de la soie, du noir, du blanc, du rouge ou même du maganta... l'automne-hiver s'annonce déjà réchauffé ! Fendi et Versace s'exposent d'ore et déjà dans une vague d'allures Punky, alors que Karl Lagerfeld propose pour Fendi des têtes de chouettes en fourrure sur des sacs portés main alors que Donatella Versace associe des bijoux cloutés à des robes longues, blanches ou noires dont les coupes transparentes laissent apparaître les formes de la femme. Marni flirte tout comme Karl avec la tendance fourrure, celle-ci appararaît dans tous ces états à des endroits innatendus : sur le bord des jupes par exemple. Moschino nous embarque dans le temps et l'espace, dans une écosse où les carreaux et les motifs kilt dominent. Il annonce ainsi la couleur de la femme dominante. Enfin Dolce et Gabanna achève ce voyage en présentant les reines de la fashion-week, avec leurs couronnes dorées et leurs bijoux représentant la croix Byzantine, symbole d'une eglise orthodoxe. L'ode à la Dolce Vita et la Sicille du Printemps-Eté 2013 et déjà bien loin, la petite robette légère et son panier ont été remplacés par une robe noire de veuve sexy.

Une chose est sûre, mesdames, Milan vous promet le port de la culotte cette automne. 




Lu 584 fois




Derniers tweets
Mag Rendez-Vous Chic : Wistiki, l'objet tendance dont on se passera bientôt plus ! http://t.co/delbyrXLaz
Mag Rendez-Vous Chic : Wistiki, l'objet tendance dont on se passera bientôt plus !: On l'a longtemps espéré et cherché, le voici enfin... http://t.co/NUecQycK5V
Mag Rendez-Vous Chic : Les bienfaits du thermalisme chez soi, avec les cosmétiques Thermaliv: Balaruc - les - Bains, second centre... http://t.co/53rbWedPB6
Facebook